S.E. le cardinal ZOUNGRANA, hôte de Steinbach
                          

La paroisse de Steinbach, prés de Cernay, a accueilli hier après-midi, à 15 h 30, un hôte de marque en la personne de S. Em. le cardinal Paul Zoungrana, archevêque d'Ouagadougou, Haute-Volta. L'éminent visiteur, qui avait été consacré évêque en 1960 par le pape Jean XXIII et qui reçut la pourpre cardinalice en janvier 1965, avait été patronné, alors qu'il était jeune séminariste, par la paroisse de Steinbach à laquelle il a voulu, lors de son passage en Alsace, exprimer son amitié.
  Lorsqu'il arriva devant la .mairie, venant de Strasbourg en compagnie de RP Schmerber, supérieur des Pères Blancs, et de son secrétaire, M. l'abbé Joanny Nana, le cardinal fut salué par le maire, M. Heyd, et le curé, M. l'abbé Onimus, entourés des conseillers municipaux et des membres du conseil de fabrique, en présence des enfants des écoles et de nombreux paroissiens. Sous la direction de M. Keller, une chorale mixte interpréta un chant de circonstance, puis une fillette, Chantal Areil, offrit au 'prélat une gerbe de fleurs après avoir récité un compliment. Mgr Zoungrana remercia de l' accueil chaleureux dont il était l'objet et dit sa joie de se trouver en Alsace. Les enfants des écoles interprétèrent des chants en conclusion de la cérémonie.

Mgr. Zoungrana, que les téléspectateurs ont pu entendre vendredi soir lors d'une interview diffusée dans le cadre des actualités régionales, présidera ce matin à 10 h, à l'église de Steinbach, une grand-messe pontificale en présence des personnalités de l'arrondissement. Lundi matin, à Blotzheim, il prendra l'avion pour Rome.
                                                                                                     L'Alsace du 15 mai 1966
 

Le cardinal ZOUGRANA a payé sa dette envers la paroisse de Steinbach
qui l'avait adopté il y a près de 40 ans

 TOUTE la population de Steinbach s'est retrouvée dimanche matin devant le presbytère pour acclamer celui qu'elle est en droit de considérer comme son fils. En effet, le cardinal Paul Zoungrana, chef de l'Eglise africaine, enfant adoptif de la paroisse de Steinbach, était en visite dans la commune. Pour la circonstance, le curé Onimus avait jugé bon d'avancer de huit jours la fête patronale du village.

Steinbach s'était mis en frais.Il y avait là, du côté des personnalités laïques, MM. Zussy. sénateur ; Ebner, conseiller général; Heyd et Muller, respectivement maire et adjoint de Steinbach ; Guthapfel, adjoint au maire de Cernay; l'adjudant Claudel, commandant la brigade de gendarmerie de Cernay. Côté ecclésiastique, on notait la présence du doyen Schleber de Cernay, des curés, Lichtlé, d'Uffholtz; Resweber, de Wattwiller, Ubelin. de Schweighouse ; Wendling, d'Aspach-le-Bas ; et bien entendu, Onimus, de Steinbach. La clique des sapeurs-pompiers. sous la direction du Lt Arnold, et la musique municipale, sous la baguette de M. Blosenhauer, prêtaient leur concours à cet événement.
M. Heyd prononça une allocution dans laquelle il remercia son Eminence de l'honneur fait à Steinbach et où il exprima le vœu que les contacts qui se sont établis entre le prélat et la commune restent solides dans l'avenir. M. Reitzer, président du conseil de fabrique, salua lui également Mgr Zoungrana. Puis, l'on se rendit musique en tête, en procession jusqu'à l'église où eut lieu une messe concélébrée. Au cours de son sermon, le cardinal rappela son histoire.

Né le 3 septembre 1917 à Ouagadougou, il entra au petit séminaire en 1925. C'est au cours de ces études que la paroisse de Steinbach l'adopta. Il fut consacré par Mgr Thévenoud en 1942, et devint, jusqu'en 1948, vicaire à Ouagadougou (Haute-Volta). A cette date, il entra en noviciat chez les pères blancs de Maison Carrée. Il étudia le droit canon à Rome de 1949 à 1952 et obtint son doctorat avec la mention «summa cum laude». Ensuite, il étudia la sociologie à l'Institut catholique de Paris. Après avoir enseigné le droit canon, il organisa le service d'Informations sociales à Bobo Diou-lasso. Il fut nommé archevêque de Ouagadougou par le pape et consacré par Jean XXIII. Il obtint la barrette cardinalice le 25 janvier 1965.

Tous les détails de cette vie, les paroissiens de Steinbach les ignoraient jusqu'il y a quelques mois. Il fallut le passage dans le village de Mgr Strebler pour que quelqu'un fasse la liaison entre le jeune Mossi représenté dans un cadre sur l'un des murs de la sacristie, dont on ne savait pas qui il était, et le chef de l'Eglise africaine.
 Au cours de la dernière session du Concile, Mgr Strebler parla au cardinal Zoungrana de sa paroisse d'adoption, dont le prélat ignorait jusqu'à l'existence. Aussitôt, il décida de lui faire une visite. C'est aujourd'hui chose faite. Cette marque de reconnaissance, ainsi que l'extrême simplicité du prélat, ont été appréciées à leur juste valeur par tous ceux qui ont eu l'occasion. de l'approcher.
  Après l'office, l'on se rendit à un vin d'honneur servi dans le jardin d'un café proche de l'église. Entre temps, le nombre des personnalités s'était grossi de MM. Cerclier, sous-préfet de Thann ; le Lt Depond, commandant la compagnie de gendarmerie de Thann, l'a.-c. Weber, adjoint au précédent.
  Les discours n'étaient pas terminés que l'on annonça l'arrivée de Mgr Elchinger. en visite pastorale dans le doyenné de Thann, qui avait tenu à venir saluer le cardinal Zoungrana à l'occasion de son passage en Alsace. Ce fut la première fois que dans un village d'Alsace, l'Église africaine rencontrait l'Eglise d'Europe. Les deux prélats se donnèrent le baiser de paix et l'on devisa jusqu'à une heure fort avancée de l'après-midi. S.E.Zoungrana présida, vers la soirée, un salut solennel. Hier matin, il devait s'envoler pour Rome, laissant derrière lui un souvenir mêlé de respect et de sympathie.
  
                                                                                             L'Alsace du 17 mai 1966
 

Le Cardinal ZOUNGRANA a quitté Steinbach pour Rome.

Après deux jours passés à Steinbach, sa paroisse d'adoption, Son Eminence le cardinal Zoungrana est reparti lundi pour Rome. Mais avant, de partir, il célébra un office en l'église de Steinbach en compagnie du père Mischler, de Strasbourg, du curé Onimus. de Steinbach et de l'abbé Nana, son secrétaire.
Avant de se rendre à. l'aéroport de Mulhouse - Blotzheim, le prélat fit une halte auprès des Sœurs rédemptoristines de Landser où il fut également accueilli par les délégués de l'école des salésiens de la commune. A l'aérodrome. SE le cardinal Zoungrana était accompagné de MM. Gissy, maire de St-Louis, Spindler, maire de Rosenau, le supérieur Brenner, des pères blancs d'Altkirch. et de plusieurs familles de Steinbach et de Rosenau. Avant l'envol, le curé Onimus eut encore le temps de  remercier le prélat africain une dernière fois pour l'honneur fait à sa Paroisse. M. Gissy lui remit un cadeau souvenir de son passage à St-Louis, et la direction de l'aéroport lui offrit un vin d'honneur.
  Mgr Zoungrana se déclara enchanté de son séjour en Alsace et promit de maintenir les liens qui ont été renoués entre lui et sa paroisse d'adoption d'une manière aussi étonnante.

                                                                                 L'Alsace du 19/20.05.1966

 

Comme un conte de fées...

En 1927, la paroisse de Steinbach avait adopté un jeune séminariste africain qui était entré au séminaire tenu par les Pères Blancs à Ouagadougou, alors en Haute Volta, aujourd'hui Burkina Faso: ce qui voulait dire que les catholiques de Steinbach avaient pris en charge une partie de ses frais d'études et de pension. Il s'agissait du petit Paul Zoungrana, né en 1917. Puis peu à peu, on avait perdu de vue le jeune Africain qui, lui ne connaissait pas sa paroisse d'adoption, la règle voulant qu'elle restât anonyme. Seule une vieille photo jaunie, accrochée au mur de la sacristie à Steinbach, témoignait du fait.

En 1966, un Évêque missionnaire alsacien Mgr Strebler confirmait dans la paroisse de Steinbach. Il vit cette photo et découvrit, à sa grande surprise et à celle du pasteur, M. l'abbé Onimus,  qu'il s'agissait du Cardinal Paul Zoungrana, à l'époque chef de l'Église en Haute Volta. Peu après, le Cardinal, rencontra le prélat alsacien au Concile et apprit ainsi le nom de sa paroisse d'adoption dont il ignorait jusqu'à son existence.
             
Et c'est ainsi que le Cardinal décida d'aller rendre visite à "son" Steinbach. L'ancien petit garçon noir devenu chef de l'Église, celui qu'on ne connaissait que  par une photo défraîchie, descendit un samedi après-midi de l'auto des Pères blancs qui l'avaient amené depuis Strasbourg, et fut reçu en triomphe devant la mairie pavoisée.

                                  

Toute la population était sur pied: la Maire et son Conseil Municipal le directeur d'école et les Sœurs enseignantes avec leurs élèves, des Alsaciens et Alsaciennes en costume. L'émotion était, on le conçoit, à son comble. Des petites filles habillées de blanc parmi lesquelles une jeune enfant noire demeurant à Steinbach, lui offrirent des fleurs et lui adressèrent un compliment. Le Cardinal ému par tant de gentillesse n'a pu que dire: " Voilà... Eh bien! ...Vous avez devant vous... le petit Paul."
                  

Le lendemain dimanche, jour de la fête patronale, avancée de huit jours pour la circonstance, le cardinal Zoungrana célébrait une grand-messe solennelle d'action de grâces dans la simple église du village où, pendant des années on avait conservé sa photo d'enfance; puis il donna à l'assistance la bénédiction papale.
La musique municipale, la clique des sapeurs-pompiers, les chorales de nombreuses fillettes en costume régional, la population de Steinbach, ainsi que celles des villages voisins, l'avaient accompagné en procession dans le sanctuaire. Après la Messe, le Cardinal bénit de nombreux enfants, toujours souriant, toujours ému. Au vin d'honneur que lui offrit la municipalité, le sous-préfet de Thann, M. Cerclier, vint officiellement lui présenter ses hommages, peu avant que Mgr Elchinger, évêque coadjuteur, n'arrivât également lui apporter le salut fraternel du diocèse tout entier.

Cette rencontre dans une commune alsacienne, d'un Cardinal africain et d'un Évêque français restera sans doute un événement unique dans les annales régionales. A Steinbach, on est encoure sous le coup de l'émotion, comme si on avait vécu un conte de fées: " Le petit garçon noir devenu Cardinal."

                     Extrait de 'Lumière du monde' Mai 1967

 Le cardinal Paul Zoungrana, archevêque d'Ouagadougou, pendant un peu plus de 35 ans, de 1960 à 1996, est décédé le 4 juin 2000, à l'âge de 82 ans. Avec sa disparition, l'Église africaine et universelle perd un grand acteur de l'époque de la décolonisation et de l'inculturation postconciliaire.
 

   Photos de cette visite

Compliment récité par la petite Chantal Areil


   Éminence,

 Veuillez permettre aux enfants, aux petits, d’exprimer les tout premiers  leur  grande  joie  de vous accueillir. Nous  crions notre bonheur et notre enthousiasme de pouvoir recevoir dans notre paroisse un membre du Sacré Collège des Cardinaux. Notre bonheur et notre enthousiasme  sont partagés  totalement, soyez-en persuadé, par nos parents et nos éducateurs.

  Éminence,  nous  vous  voyons aujourd'hui pour la première fois et pourtant vous n'êtes pas un inconnu pour nous. Depuis plusieurs mois nous prions pour vous, en union avec les adultes qui l'avaient fait depuis de longues années. Nous prions  aussi  pour vos religieuses africaines, les Sœurs de l'Immaculée Conception.

  Ces Journées que vous passerez dans notre village de STEINBACH seront, Eminence, des journées de grâces pour tous. Vous nous bénirez, grands et petits, mais vous réserverez certainement votre prédilection pour les benjamins, les plus petits,  comme  le  CHRIST  lui-même l'avait fait.

  En signe extérieur de notre gratitude et de notre hommage affectueux, nous vous offrons ces fleurs que DIEU a fait pousser sur notre terre d'Alsace.

 

 

   Lettres manuscrites de Paul Zoungrana à son bienfaiteur.

 

 

Dans cette même paroisse, le 24 juillet 1966, un prêtre haïtien, le P. Mésidor, religieux de Don Bosco, célébrait sa première messe: une paroissienne, Mlle Thérèse Wolf, l'a en effet aidé à parvenir au sacerdoce en prenant en charge ses frais d'étude.