Les PREMIERES OPÉRATIONS DU COMMANDANT COLARDELLE EN ALSACE.

Charles COLARDELLE "est promu à la tête  de 5° B.C.P au moment où la guerre de mouvement se transforme en guerre de position. Le capitaine LALLEMAND prend le commandement de l'unité souvent associée, le 46° Chasseurs. Le bataillon conserve ses positions pendant plus de deux mois dans un secteur apaisé mais aux lignes très rapprochées. Les patrouilles de reconnaissance se heurtent fréquemment aux sentinelles ennemies entre La Halte et Allamont.. Ces escarmouches coûtèrent la vie au lieutenant FAIVRE D'ARLIER et à 25 chasseurs. Grâce à l'apport de nouveaux renforts, le 5° B.C.P se recompose dans sa formation règlementaire avec six compagnies soutenues par une section de mitrailleuses.
A l'Etat Major, le Commandant COLARDELLE est secondé par les lieutenants BEUCLERT, DELAHAYE et COPPENS ainsi que par le médecin-major LAMBERT. Les compagnies sont aux ordres des capitaines DE LA BAUME
( 1°), CHENOT (2°), VILLIGENS (3°),MERKLEN (4°), DELIVRE ( 5°), et du lieutenant MULLERT (6°). Relevé le 10 décembre par le 70° Bataillon de Chasseurs Alpins, le bataillon s'embarque pour Bussang. Le 12, il est intégré à la 66° Division dans le cadre de la défense de la vallée de la Thur. Dès le lendemain, le commandant Colardelle se voit confié la mission de la prise du village de Steinbach. Ses 3 premières compagnies, soutenues par un bataillon du 213° R.I et par une compagnie du 68° B.C.A se portent à l'attaque en ce dimanche 13 décembre. Dès le début de l'opération, vers 13 h 30, le capitaine CHENOT tombe sous les balles en dévalant à la tête de sa 2° compagnie le vignoble vers la chapelle Saint Antoine. Le poste de garde de la 5° compagnie du L.I.R 119 wurtembergeois, aux ordres du sous-lieutenant FACH, cède cependant face à l'assaut des 2° et 3° compagnies qui se rendent maîtres du village à 15 h 30. La première compagnie, la section de mitrailleuses et trois sections de 213° R.I conduites par le

commandant Colardelle en personne enlèvent le cote 425 à la section du sous-lieutenant SCHNEIDER de la 5° compagnie du L.I.R 119, après une lutte acharnée à laquelle s'était joint le bataillon de réserve du même régiment d'infanterie du Wurtemberg.
Le lendemain, à 4 heures du matin, les Prussiens de l'I.R 161 débarquent à Cernay en provenance de Mulhouse. Ses 2° et 3° bataillons épaulés par un bataillon de L.I.R 119 reprennent Steinbach. Les trois compagnies du 5° B.C.P. laissées en réserve à Willer rejoignent d'urgence les chasseurs qui battent en retraite vers le Schletzenbourg. La cote 425 est perdue le lendemain, après une résistance héroïque opposée à un ennemi renforcé par le 2° bataillon de l'I.R. 25. Au soir du 16, le bataillon, durement éprouvé, est relevé et se replie en cantonnement à Bitschwiller. Il aura perdu environ 400 hommes: tués, blessés ou prisonniers comme le capitaine VILLIGENS conduisant la 3° compagnie.
 La bataille de Steinbach se poursuivra jusqu'au 3 janvier. Après une vaste offensive française infructueuse menée le jour de Noël, les hommes du 152° R.I. parviendront à  progresser maison après maison à partir du 30 décembre jusqu'à la reconquête définitive au prix de 700 pertes. Cette sanglante confrontation constituera pour le commandant Colardelle une épreuve déterminante. Ses qualités de meneur d'hommes, de courage et de clairvoyance lui vaudront l'admiration de ses chasseurs et la reconnaissance de ses supérieurs. A Steinbach, il entre définitivement dans l'Histoire.
Dès le 18 décembre, le 5° Bataillon est affecté à un large secteur s'étendant entre la vallée de la Lauch et le Molkenrain. Le sous-secteur de la Lauch est attribué aux 4° et 6° compagnies aux ordres de capitaine Merklen tandis que le secteur de Goldbach demeure sous la tutelle directe du Commandant Colardelle. La première compagnie est basée au Molkenrain, la scone au col du Sudel et la 5° au Freundstein.

                         Sources inconnues.


 

  Ordre d'opération pour la journée du
                      13 Décembre 1914.
                        __________________

I. L'ennemi occupe Cernay, les tranchées de Sandozweiler et au Sur- la croupe 425 - Steinbach, Uffholtz,Wattweiler

II. Conformément à l'ordre du Colonel commandant prov. le 115° Brigade nous attaquerons dans la journée du 13 Décembre la croupe 425,(carte du Club Vosgien)375,(carte d'Etat Major) à l'ouest de la route de Cernay-Steinbach et le village de Steinbach de façon à occuper ces 2 postes et à nous y installer d'une façon définitive.
 Ces 2 attaques commenceront à midi et seront exécutées avec l'appui de toute l'artillerie du groupement, placée sous le commandement du Capitaine Verguin. Cette artillerie sera sur ses emplacements de batterie au point du jour et ouvrira le feu à midi précis.


A 11 heures 30', toutes les unités d'infanterie aux avant-postes aux abords de Thann et au Sud seront à leurs postes de combat approvisionnés à 150 cartouches. Toutes les unités que se porteront à l'attaque devront avoir le fil de fer et les piquets réglementaires.

   III. Attaque sur la croupe 425.
Cette attaque sera placée sous les ordres de Commandant Debain du 213° et comprendra:
1 Cie du 6° Bon du 213° en réserve à Thann
2 Cies du 5° Bon du 213 en réserve à Bischwiller
1 Cie de 334° en réserve à Moosch.
L'attaque partira du poste à l'embranchement des chemins Vieux - Thann - Steinbach - 425 -Cernay et sera conduite exclusivement sur le versant Nord de la crête chemin 425-Cernay à l'exclusion du versant Sud, de façon à permettre à l'artillerie de balayer ce dernier versant et d'empêcher les renforts de Cernay de se porter au secours de poste 425.
L'artillerie chargée d'appuyer directement cette attaque ouvrira le feu à midi sur les défenseurs de la crête 425 de façon à faire évacuer les tranchées. Dès que le tir sera jugé efficace, le commandant Debain préviendra l'artillerie qui allongera le tir pour balayer les pentes entre 425 et Cernay ainsi que...



L'arrivée à Steinbach
(Village martyr)

                Extraits du livre de 1946 : Hartmannswillerkopf d'Auguste Chapatte, ancien poilu du 152° R.I. ,

 

Le 9 janvier 1915. - La nuit n'a pas été trop mauvaise; quand on a vingt ans, il n'est pas besoin d'un matelas et d'un oreiller pour dormir.
En vitesse un brin de toilette et une tasse de jus, puis départ. Un certain nombre de malades restent là pour recevoir les soins que nécessite leur état, où retourner à l'arrière.
Nous traversons ces riants villages alsaciens de la vallée de la Thur: Moosch, Saint-Amarin, Willer, que nous reverrons puisque c'est dans leurs murs que viennent au repos les troupes du secteur.
En passant, nous cherchons à déchiffrer les enseignes des cafés, des magasins, qui sont en allemand; cela nous distrait.
Nous nous faisons aussi un plaisir d'adresser des propos galants aux petites alsaciennes que nous croisons; très peu connaissent le français, mais elles nous répondent toutes par de larges sourires agrémentés le plus souvent par de gentils ya, ya!
Nous nous arrêtons à Willer, qui est le terme de notre étape d'aujourd'hui; nous y passerons la nuit dans les mêmes conditions qu'hier, c'st-à-dire en couchant sur la dure.
Avec une vingtaine de camarades, Paul Philippe et moi sommes logés dans la salle de danse d'un café. Dans le fond de cette salle, il y a un piano automatique qui semble attendre des jours plus calmes, meilleurs.

10 janvier 1915: - Le réveil a lieu, ce matin, de très bonne heure: il faut que ce soir, nous soyons à Steinbach avec les compagnies qui sont en ligne; c'est pourquoi on nous a fait lever si tôt.
Nous allons donc accomplir notre dernière étape; à la fin de cette journée nous serons devenus de vrais poilus de front!
Un sergent nous demande l'adresse de nos parents pour pouvoir, nous dit-il, les prévenir "en cas de malheur"; formule brève, mais qui laisse sous-entendre bien des choses.
C'est avant l'aube que nous nous mettons en route.
Après avoir croisé des convois d'artillerie revenant des lignes et qui, comme nous, profitent des ténèbres complices, nous pénétrons dans la forêt montagneuse dont nous allons faire l'ascension.
La montée s'avère pénible. Nous rencontrons des mulets transportant des blessés, et un camion plein de poilus non rasés, méconnaissables, au visage hâve. Ceux-ci sont presque tous des évacués pour poids gelés; ils font pitié à voir. Des pieds à la tête ils sont boueux; on devine qu'ils sortent d'une espèce d'enfer.
Qui soit si nos belles capotes toutes neuves ne seront pas comme les leurs dans quelques jours? La vue de ces blessés, de ces évacués nous donne à réfléchir; c'est un premier assaut pour notre enthousiasme.
Notre marche se poursuit dans des chemins épouvantables, recouverts, à certains endroits, de plus de cinquante centimètres de boue. Nous pataugeons ainsi pendant de nombreuses heures, puis nous arrivons vers des gourbis occupés principalement par les musiciens du 152, mués en brancardiers.
Ceux-ci, en nous entendant, sortent précipitamment de leurs cagnas, tout heureux de voir arriver un renfort et de pouvoir causer avec des poilus venant du dépôt. Ils s'empressent autour de nous et nous demandent entre autres nouvelles, si, à l'arrière, on ne parle pas encore de la fin des hostilités. Aux questions qu'ils nous posent, il est aisé de comprendre qu'ils apprendraient avec une vive satisfaction que la guerre va bientôt se terminer.
Nous ne nous arrêtons qu'un court instant avec eux et reprenons notre marche en avant, toujours dans la forêt. Nous ne tardons pas à trouver le long de notre chemin, des croix surmontées d'un képi, modestes croix de bois sur lesquelles sont inscrits des noms de poilus tués depuis quelques jours seulement, la terre qui recouvre tous ces braves étant remuée tout fraîchement.
Quelle éloquence ont ces croix!... Elles font passer nos âmes du domaine du rêve dans celui de la réalité. Elles nous attendrissent jusqu'au plus profond de nous-mêmes et si nous pouvions donner libre cours aux sentiments qu'elles éveillent en nous, nous nous agenouillerons devant elles pour nous recueillir et nous entretenir par delà ta tombe avec Ceux qui dorment là leur dernier sommeil, avec Ceux que nous venons remplacer.
Puissions-nous être dignes d'eux, dignes de leur sacrifice!
Nous voici maintenant vers des gourbis d'où sortent des poilus qui sont là en réserve: ce sont encore des poilus du 15.2, des rescapés de Steinbach. Eux aussi nous assaillent de questions et voudraient bien que nous puissions leur donner un bon tuyau sur la fin de la guerre qu'ils appellent de tous leurs vœux.
Le commandant Contet, du 3° bataillon du régiment, homme sympathique et en qui on sent un chef énergique, vient nous recevoir. En termes cordiaux il nous souhaite la bienvenue.
D'une voix chaude il nous brosse un tableau vivant du 15.2, des combats auxquels il a déjà pris part, des succès qu'il a remportés.
Puis il rend un vibrant hommage à la mémoire de ceux qui sont tombés, nous parle de leur bravoure, de leur héroïsme et il conclut par ces mots impressionnants qui sont comme un résumé du passé et une consigne pour l'avenir : " Au Quinze-Deux on meure, mais on ne recule pas!"

Après une pause rendue nécessaire par la fatigue et surtout par le besoin de nourriture, nous remettons sac au dos pour nous diriger sur Steinbach, terme de notre voyage et dont nous ne sommes plus éloignés que de quelques centaines de mètres.
L'agent de liaison chargé de nous conduire nous prévient que sitôt sortis de la forêt dans laquelle nous sommes, nous aurons à franchir une bande de terrain complètement découverte et sous le feu de l'ennemi.
Dès la sortie du bois nous filons donc à toute allure pour parcourir cet espace très dangereux, mais les Fritz nous ont aperçus et nous tirent dessus donnant ainsi à la plupart d'entre nous le baptême du feu.
Nous sortons indemnes de cette fusillade qui, il faut bien l'avouer, nous a fait frissonner un peu, et sommes maintenant dans Steinbach, où, plus exactement, dans ce qu'était Steinbach, car plus aucune maison n'est debout. On ne voit que façades éventrées, pans de murs sur le point de s'écrouler, foyers d'incendie encore fumants, amas de ruines. On dirait que ce village, qui devait être charmant, vient d'être ravagé par un séisme. Steinbach a été frappé à mort... Quand renaîtra-t-il de ses cendres?
Les rues sont pleines de matériaux de toutes sortes provenant des maisons détruites; des cadavres français gisent encore sur le sol à l'endroit même où les balles allemandes les frappèrent; que ce spectacle est triste!
Tout, dans cette localité martyre témoigne de l'âpre lutte qui s'est déroulée pendant plusieurs jours: luttes de maison à maison, lutte même dans le cimetière. Quelle atroce chose ce devait être que cette bataille au milieu des tombes!... Dans leurs cercueils les morts de Steinbach durent en être glacés d'épouvante.
Et nous arrivons enfin à la compagnie où nous sommes versés, c'est-à-dire à la première. Nous avons la chance, Paul Philippe et moi, d'être affectés à la même escouade; il est donc écrit que nous ne serons pas séparés l'un de l'autre et que la même destinée nous attend.
A cette escouade nous retrouvons avec plaisir un ancien camarade de dépôt: Léon Philippe, jeune engagé volontaire de la classe 1915 qui, lui, a "fait" Steinbach. Nos nouveaux camarades nous accueillent gentiment, fraternellement. Tous portent sur leurs visages les marques des jours de misère qu'ils viennent de vivre et pendant lesquels ils en ont vu de terribles.
Ils aspirent à un repos bien mérité dont ils ont grand besoin, mais qu'ils croient renvoyé aux calendes grecques, attendu que nous sommes venus les renforcer en ligne.
Le premier entretien roule naturellement sur la prise de Steinbach dont ils furent les principaux acteurs et qu'ils nous narrent dans tous les détails. Leur récit produit  sur nous, les nouveaux venus, une vive impression.